"Le convoi funèbre de Voltaire traversant la Seine" Le convoi funèbre de Voltaire

Voltaire mourut à Paris le 30 mai 1778. Ses amis craignaient qu'on ne lui refusât des obsèques convenables et secrètement transportèrent son corps à l'Abbaye de Scellières, près de Troyes. Là il reçut des funérailles chrétiennes dignes et complètes.

A Paris, tous les journaux avaient interdiction de publier les annonces nécrologiques et l'Académie n'était pas autorisée à informer de la mort d'un de ses membres.

Le 10 juillet 1791 (treize ans après sa mort et deux ans après la Révolution française) la dépouille de Voltaire fut transférée au Panthéon, église qui avait été récemment dédiée en hommage perpétuel aux grands hommes de la patrie. La nuit précédant le convoi funèbre, le cercueil fut placé dans les ruines de la Bastille, prison où avaient été détenus Voltaire et d'autres ennemis de l'Ancien régime. Le convoi vers le Panthéon, le lendemain, fut l'une des premières cérémonies révolutionnaires.

Le convoi funèbre était conduit par un détachement de cavaliers, suivi par les délégations des écoles, des clubs, des confréries et des groupes d'acteurs de théâtre. Puis venaient des ouvriers ayant pris part à la démolition de la Bastille, portant des boulets et des chaînes trouvés dans la prison. Quatre hommes en costume de théâtre classique soutenaient une statue dorée de Voltaire. des acteurs brandissaient des bannières avec les titres de ses principaux ouvrages. Ensuite venait un coffre doré, contenant une édition complète de ses oeuvres, récemment publiée, en 92 volumes.

Un orchestre complet précédait le sarcophage, tiré par douze chevaux blancs. Les parois étaient décorées de masques de théâtre, avec cette sentence: "Poète,historien, philosophe, il agrandit l'esprit humain, et lui apprit à être libre."

Les membres de l'Assemblée nationale, les magistrats et le Conseil municipal de Paris suivaient le cercueil. Le convoi s'arrêta à l'Opéra, à l'Ancienne et à la Nouvelle Comédie, et vers minuit atteignit le Panthéon, où Voltaire fut placé dans sa dernière demeure.
Retour à Dernières années de Voltaire

Traduction de cette page par Michèle Beauxis / ROUEN, France