Residence of Voltaire France


Diderot, peinture à l'huile de Luis-Michel van Loo, 1767, Louvre, Paris


Fabrication des fils -Tome de l'Encyclopédie sur le commerce et l'industrie



La mode -Tome de l'Encyclopédie sur le commerce et l'industrie



Tout ce qui était imprimé, devait être approuvé par les censeurs du Roi avant l'impression. « Avec privilège du Roi » apparaît sur les imprimés, approuvés par les censeurs.
Denis Diderot
né: 1713
mort: 1784

En 1745, l'éditeur André le Breton demanda à Diderot d'assister à la traduction de la Cyclopaedia d'Ephraim Chambers d'anglais en français. Diderot fut d'accord de travailler sur ce projet comme co-éditeur avec le mathématicien Jean Le Rond d'Alembert, qui était un membre de l'Académie des Sciences.

Diderot changea bientôt la nature de la publication en élargissant son étendue. Le but de l'Encyclopédie était de donner un aperçu du niveau des connaissances de l'époque sur les sciences, les arts et les métiers et de rendre ces connaissances, détenues par une minorité, accessible à tous. Pour être écrit, chaque sujet fut assigné la ou les personnes les mieux adaptées. Il fallait le traiter aussi près que possible de la liberté que le censeurs voulaient permettre. C'était la première encyclopédie qui rassemblait les plus grands esprits de l'époque et ce fut révolutionnaire. Parmi les collaborateurs se trouvaient aussi beaucoup d'artisans qui fournissaient les détails techniques pour les articles sur le commerce et l'industrie.

La plupart des 71.818 articles de l'Encyclopédie ont été écrits par Diderot et d'Alembert. Ils eurent d'autres collaborateurs: Rousseau, Voltaire, Montesquieu, le Baron d'Holbach, Necker, Turgot, Buffon et d'autres écrivains connus de l'époque.

Jean d'Alembert écrivit l'introduction de l'encyclopédie et les articles sur les mathématiques et les sciences. Il profitai de sa position dans la société et dans le monde des lettres pour obtenir le support moral et financier des salons importants et la collaboration des meilleurs érudits et philosophes.

Diderot travailla inlassablement sur les centaines d'articles qui expliquent comment sont fabriqués les produits dans le commerce et dans l'industrie. Il se rendit dans des ateliers, des bazars, des boutiques, des vignobles, des fermes et des usines afin de recueillir des informations de gens qui exerçaient dans les différents métiers, illustrés dans l'ouvrage.

Au départ, il y avait 17 tomes de textes et 11 tomes de planches avec un ou deux nouveaux tomes imprimés tous les ans entre 1751 et 1772. La grande Encyclopédie fut la plus ambitieuse entreprise d'édition du siècle. Elle encouragea la nouvelle vue de l' empirisme scientifique -concept qui repose sur l'observation et l'expérience, surtout dans les sciences naturelles.

Voltaire écrivit des articles anonymes pour l'Encyclopédie et fut l'un des plus grands défenseurs de ce projet ambitieux. Les hauts dignitaires de l'Eglise française voyaient l'Encyclopédie comme une menace contre leur autorité et contre celle du Roi.

Les sept premiers volumes de la première édition de l'Encyclopédie furent publiés à Paris avec le privilège du roi. Après sa révocation en 1759, l'impression continua clandestinement et les dix derniers volumes furent imprimés à Paris, mais publiés sous le faux nom de l'éditeur Samuel Faulche à Neuchâtel. Contrairement au texte, les onze volumes de planches n'étaient pas considérés comme subversifs et ils furent tous publiés à Paris.

On n'en imprima que 4.000 exemplaires environ.


Retour à
Personnages importants dans la vie de Voltaire

Traduction de cette page par Ute Makhloufi et
Josiane Pionnier / Curel, France