Cette page montre des personnages dans la vie d'Emilie du Châtelet.


Stanislas Leszczynski - Duc de Lorraine
Né le 20 octobre 1677 à Lw´ow, Pologne (aujourd'hui : Lvov, Ukraine)
Mort le 23 février 1766 à Lunéville, France.

Une histoire d'amour qui commença à la cour de Stanislas à Lunéville, causa éventuellement la grossesse d'Emilie et sa mort prématurée après la naissance d'un enfant.

Stanislas Leszczynski fut placé sur le trône de Pologne par Charles XII de Suède qui gagna ce territoire dans une campagne militaire en 1704. Stanislas en fut destitué en 1709 et quitta le pays pour s'installer dans une province française, l'Alsace.

La fille de Stanislas, Marie, se maria avec Louis XV en 1725. En 1733, Stanislas pensait regagner le trône polonais avec le support français pour sa candidature. Une guerre, qui dura cinq ans, finit par perdre encore une fois à Stanislas la revendication au trône polonais. La paix de Vienne, signée en 1738, permettait à Stanislas de garder ses titres royaux et lui accordait les provinces de Lorraine et Bar pour la vie.

Puisque Stanislas était le père de la reine de France, il recevait une pension annuelle de deux millions de livres du trésor français. Il créa une cour à Lunéville (au sud-est de Nancy) et passa le reste de sa vie à embellir ses deux résidences et à profiter de la vie. La scène est maintenant prête pour l'entrée de Voltaire et d'Emilie.

Voltaire et Emilie ont été invités à Lunéville, parce que le père Menou, conseiller religieux de Stanislas, était en rivalité avec la maîtresse de Stanislas, Mme de Boufflers. Le père Menou espérait destituer la maîtresse en fournissant un remplacement convenable. La femme devait être joyeuse, amusante, belle et pas trop jeune, de noblesse lorraine par naissance ou mariage pour être acceptée par la cour - et Emilie du Châtelet fut le choix idéal. Le plan du père Menou n'aboutit pas. Au lieu d'avoir une liaison avec Stanislas, Emilie tomba amoureuse d'un certain Saint-Lambert, amant de Mme de Boufflers.


Retour à Personnages importants dans la vie d'Émilie

Traduction de cette page par Ute Makhloufi et Josiane Pionnier / Curel, France