Cette page montre des personnages dans la vie d'Emilie du Châtelet.


Le marquis Jean François de Saint-Lambert, par d'un artiste unconnu. Le marquis Jean François de Saint-Lambert
(1716-1803)

Saint-Lambert tenait le rang de capitaine au duché de Lorraine. Ce beau et grand officier, quelque peu distant, attirait l'attention de la marquise du Boufflers, la maîtresse du roi Stanislas, et pour quelque temps, ils devinrent amants. Saint-Lambert était membre de l'Académie et il écrivait des poèmes acceptables sur la nature. Il n'avait pas l'attitude gaie, tellement appréciée chez un courtisan ; il ne riait jamais, ne flattait jamais personne et pourtant, les femmes le trouvaient terriblement séduisant.

En 1747, Saint-Lambert partit en guerre et découvrit en revenant que Mme du Boufflers l'avait remplacé par un autre amant. Quand Emilie du Châtelet arriva à Lunéville, Saint-Lambert voyait ceci comme une opportunité de rendre Mme du Boufflers jalouse et commença avec Emilie un jeu d'aventures. Au lieu de devenir jalouse, Mme du Boufflers en rit seulement et encouragea leur relation. Le plan de Saint-Lambert ne marchait pas et son jeu de salon tourna rapidement en une liaison à laquelle il ne s'attendait pas.


Emilie, qui était excessive dans tout ce qu'elle faisait, se comporta comme une jeune fille tombée amoureuse pour la première fois dans sa vie. Elle écrivait des notes sur des papiers en dentelle et les laissait dans la harpe de Mme du Boufflers pour que Saint-Lambert pût les trouver pendant la soirée. La liaison dura plusieurs mois et Voltaire ignora ou fit semblant d'ignorer la situation.

La conséquence de cette liaison fut qu'Emilie tomba enceinte. Au XVIIIeme siècle, peu de femmes survivaient à un accouchement après avoir passé la quarantaine ; Emilie ne s'attendait vraiment pas à survivre à cette grossesse. Un plan fut élaboré de mettre au monde l'enfant à Lunéville, où Emilie avait accès aux médecins de la Court. Ensuite, Emilie commença à travailler plus de 17 heures par jour pour terminer sa traduction des Principes de Newton. Elle était déterminée à laisser un monument à sa gloire. A la fin de l'année 1748, Emilie et Voltaire se rendirent à Paris et Alexis-Claude Clairaut corrigea son manuscrit et ses calculs mathématiques.

En juin 1749, le couple retourna à Cirey et y resta deux semaines pendant lesquelles Emilie rangeait ses papiers.

En septembre, Emilie donna naissance à une fille au château de Stanislas à Lunéville. Emilie mourut quelques jours après, le 10 septembre 1749 et l'enfant peu après. Stanislas donna des funérailles nationales à Emilie qui fut inhumée dans la cathédrale de Lunéville.

La liaison de Saint-Lambert avec Emilie fut un jeu qui finit tragiquement. Voltaire retourna au château de Cirey, prit ses papiers et biens et s'en alla à Paris pour rejoindre sa nièce.

Retour à Personnages importants dans la vie d'Émilie

Traduction de cette page par Ute Makhloufi et Josiane Pionnier / Curel, France